MONTRER LA COLONNE

Fast-Fashion, est une expression anglo-saxonne qui désigne des entreprises de mode dont l’objectif est de renouveler ses collections un maximum de fois par an, et le plus rapidement possible. Leur objectif est de créer une forte demande de la part du consommateur, en proposant des vêtements à de très très bas prix, pour mettre en avant des « tendances » qui seront oubliées et obsolètes d’ici quelques semaines. La basse qualité des fibres et matières leur permet de proposer des tarifs parmi les plus bas du marché, mais les conditions de production font régulièrement preuve d’un manque d’éthique, aussi bien du point de vue des salaires que des conditions de travail. La tragédie de l’usine de Rana Plaza au Bangladesh a pu mettre en lumière les sombres coulisses de l’industrie textile dite « fast-fashion ».

Des coûts de production réduits associés à des dépenses plus élevées entrainent inévitablement une hausse de la production des enseignes et un accroissement de l'achat de vêtements de la part des consommateurs.

Mais quelles sont les conséquences de la fast fashion qui ne cesse de croître depuis le tournant du millénaire dans le monde occidental ?

Jetez un coup d'œil à ces faits qui aident à mieux mesurer vos décisions d'achat lors de vos prochaines virée shopping :

 

1. Les travailleurs de l'industrie du vêtement dans les pays en développement, en particulier les enfants, ne gagnent que 10 dollars par mois pour des travaux à forte intensité de main-d'œuvre tels que perler et broder.

 

2. Après le pétrole, la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde en raison de l’utilisation de pesticides, de formaldéhyde, de substances cancérigènes, etc. dans les tissus servant à la confection des vêtements que nous portons.

 

3. Au Royaume-Uni, une personne produit en moyenne jusqu'à 70 kilogrammes de déchets de tissu par an. Alors que la mode bon marché permet aux consommateurs de dépenser moins, nous achetons également plus que nécessaire.

 

4. Au Royaume-Uni, chaque ménage émet environ 1,5 tonne de CO 2 à partir de vêtements neufs et actuels. Cela équivaut à une empreinte carbone similaire à celle d'une voiture moderne roulant environ 6 000 km.

 

5. Aux États-Unis, les consommateurs produisent 1,2 million de tonnes de déchets de vêtements, soit 15% des ventes de vêtements dans le pays. Jusqu'à 50% de ces vêtements sont donnés à des œuvres caritatives et environ 226 000 tonnes sont recyclées et réutilisées.

 

6. Produire une paire de jeans nécessite en moyenne 7 000 litres d'eau ou l'équivalent de la quantité d'eau qu'une personne dans le monde occidental boit sur une période de cinq ans. Considérez que 2 milliards de jeans sont fabriqués chaque année et que 20% de la pollution de l’eau industrielle dans le monde est imputable au traitement et à la teinture des textiles.

 

7. Aux États-Unis, les consommateurs portent des vêtements 4 fois en moyenne, 64% déclarant ne plus aimer un vêtement et 40% affirmant que ce dernier n'est plus à la mode.

 

8. Une personne sur six travaille dans l’industrie textile dans le monde. Les femmes constituent la plus grande majorité de ces travailleurs et gagnent aussi peu que 3 dollars par jour.

 

9. Seulement 10% des vêtements donnés à des œuvres de charité sont vendus. 90% se retrouvent dans des décharges ou sont vendus dans des pays en développement où ils contribuent à tuer l'industrie textile locale.

 

10. Le monde utilise environ 80 milliards de vêtements chaque année, soit une augmentation de 400% par rapport à il y a deux décennies.

 

Laissez un commentaire