MONTRER LA COLONNE

Qu’est-ce que l’éco-anxiété ?

La naissance d’un nouveau mal-être à la fin du 20e siècle

Dès 1996, la médecin-chercheur en santé publique et en santé mentale Véronique Lapaige conceptualise la notion d’éco-anxiété. Cette théorie désigne une forme de peur ou détresse chronique de la part d’un individu, concernant les problèmes environnementaux et le réchauffement climatique causé par l’Homme.

Cette souffrance écologique a également été théorisée sous le terme « solstagie » et signifie « l’état d’impuissance et de détresse profonde causé par le bouleversement d’un écosystème ». Le philosophe de l’environnement et professeur au Département d’études environnementales de l’Université de Murdoch en Australie Glenn Albretch a inventé ce mot en 2003.

Aujourd’hui, ce phénomène prend de plus en plus d’ampleur dans le monde et est observé par de nombreux chercheurs.

 

eco anxiete - blog - klow

 

Pourquoi et comment ça se manifeste ?

Cette angoisse face aux bouleversements environnementaux a en fait toujours existé, surtout chez les militants pour l’écologie. Mais depuis quelques années, les psychologues notent une réelle augmentation du nombre de patients inquiets pour le futur et étant ainsi définis comme éco-anxieux. En cause ? La forte médiatisation des conséquences néfastes du réchauffement climatique sur la planète et les populations. Ces conséquences sont d’ailleurs de plus en plus visibles de nos jours entre l’épuisement des ressources, la pollution, la perte de la biodiversité… Face à ces problèmes, nombreuses sont les personnes à avoir eu réelle prise de conscience sur le monde qui nous entoure. Et tant mieux !

Néanmoins, le fait de s’intéresser aux enjeux actuels et à l’écologie fait forcément appel à nos émotions, et il peut être parfois difficile de les gérer surtout face à l’abondance de mauvaises nouvelles que l’on peut recevoir chaque jour sur ce sujet… et également car nous ne savons pas de quoi demain est fait ! En réaction face à ces nouvelles problématiques, une véritable anxiété peut apparaitre. Elle se manifeste par plusieurs phases de ressentis négatifs, pouvant être similaires à des phases de dépression comme la colère, la peur, l’impuissance ou la déprime. Chez certaines personnes, l’éco-anxiété se traduira par des troubles du sommeil, des crises d’angoisses ou encore des troubles anxieux pouvant aller jusqu’à des troubles dépressifs et d’autres iront même jusqu’à adopter une vision complètement fataliste de notre existence et notre futur.

 

Qui sont les éco-anxieux ?

Les jeunes en première ligne

On l’a vu ces dernières années, la crise climatique est un sujet mondial mais elle semble d’autant plus concerner les jeunes et les millenials, car il s’agit de leur propre futur. Internet et les réseaux ont d’ailleurs grandement participé à la diffusion d’informations concernant cette thématique et ont permis de créer des communautés de jeunes très engagés. Rappelez-vous des grèves scolaires et marches pour le climat tous les jeudis et vendredis depuis 2018 : elles ont rassemblé des milliers de jeunes et adolescents dans les rues en France et dans le monde ! A seulement 17 ans, la jeune militante pour l’écologie Greta Thunberg était d’ailleurs celle qui a lancé ce mouvement et elle continue de militer quotidiennement sur les réseaux, notamment avec le hashtag #climatestrikeonline.

Greta avait elle-même avoué au New York Times être passée par des phases de dépression lors de sa prise de conscience sur l’environnement et après avoir regardé plusieurs documentaires sur les ours polaires et les chutes des glaces.

A vrai dire, le fait de grandir et d’évoluer en plein changement climatique peut être difficile à surmonter, ce qui explique que les jeunes s’engagent pour l’environnement mais qu’il s’agit aussi d’une grande source d’inquiétude. On estime qu’environ 85% des 15-30 ans se sentent concernés par ces sujets actuels. Et ces nouvelles problématiques impactent directement la vie des jeunes, rien que sur le choix de carrière. Certains sont amenés à se poser des questions, car ils souhaitent se diriger vers un métier en accord avec leurs valeurs et étant respectueux de la planète. Ce choix étant plus restreint, il peut encore une fois être une source d’angoisse ou d’anxiété.

 

Les climato-déprimés sont au final ceux qui prennent l’écologie très à cœur

Que l’on soit jeune ou non, notre degré de prise de conscience et d’engagement envers la planète peut à un moment donné nous faire ressentir certaines angoisses ou peurs. Les éco-anxieux sont finalement ceux qui prennent le sujet à cœur, et se questionnent constamment sur comment ils peuvent agir à leur échelle, ou ne savent pas forcément par où commencer. Il est vrai que les étapes vers un mode de vie plus éco-responsable peuvent être longues voire fastidieuses pour certains, car nous ne sommes pas tous forcément habitués à vérifier tout ce que l’on consomme.

« Je veux continuer de voyager mais je ne veux plus prendre l’avion : comment faire ? »
« Il va falloir que j’arrête d’acheter du plastique, je dois tout acheter en vrac »
« Il ne faut plus qu’on allume le chauffage cet hiver »
« Je dois arrêter d’acheter des vêtements de fast-fashion »

Tomber dans l’anxiété peut vite arriver quand les éco-anxieux se rendent compte qu’ils doivent changer leur mode de vie ou bien qu’à eux seuls, ils ne pourront pas apporter de changements notables dans le monde. C’est ce sentiment de culpabilité qui développe alors l’angoisse écologique.

L’éco-anxiété peut finalement toucher toutes les personnes conscientes et éduquées sur l’environnement, mais aussi les personnes hypersensibles ou celles ayant été victimes de catastrophes naturelles ou climatiques. Jusqu’à 40% des personnes ayant subies de près une catastrophe climatique – comme un tsunami ou un ouragan par exemple – souffrent d’anxiété sévères post-traumatiques, selon l’association de psychologie américaine. En général, ces personnes deviennent en effet plus facilement touchées par les problèmes liés à l’environnement car elles en ont été les premières victimes. Elles sont donc aussi plus à même de développer de l’éco-anxiété.

 

D’ailleurs, lorsque ces anxieux de l’écologie consultent des psys, ces derniers réduisent parfois l’éco-anxiété à d’autres problèmes personnels. Ce phénomène étant nouveau, certains psychologues ne sont pas encore sensibilisés à cette nouvelle forme d’angoisse. Mais en creusant, on découvre que beaucoup de maux dans nos sociétés sont finalement liées à notre conscience environnementale et notre peur du monde futur…

 

eco anxiete - blog - klow


Mais alors, est-il possible de combattre l’éco-anxiété ?

Eh bien oui ! Tous les éco-anxieux ne sont pas des fatalistes, et la plupart sont en fait très sain d’esprit. Après tout, c’est notre planète qui est en mauvaise santé, donc il est normal de se sentir mal ou impuissant face aux enjeux écologiques comme l’explique la journaliste Laure Nouahlat dans son ouvrage « Comment rester écolo sans devenir dépressifs ? ».

 

Les éco-anxieux : de véritables lanceurs d’alerte !

L’éco-anxiété touche des personnes très concernées et touchées par le sort de notre planète. Cette forte inquiétude peut ainsi pousser d’autres personnes à vouloir s’engager à leur tour et à adhérer aux mêmes valeurs. On pourrait presque comparer les éco-anxieux de lanceurs d’alertes, car ils ont la capacité de voir ce que d’autres semblent ignorer, et de comprendre que le monde doit changer. En prenant position contre le réchauffement climatique, un véritable leadership collectif peut même émerger et ainsi faire éveiller les consciences !

 

Une inquiétude positive qui pousse à l’action

Être stressé sur le monde qui nous entoure et son futur incertain est finalement une réaction normale et ce ressenti pourrait même avoir des conséquences positives.  Si cette angoisse est maitrisée et ne nous plonge pas dans des troubles dépressifs trop graves, elle peut au contraire nous pousser à l’action, à changer les choses. L’éco-anxiété part avant tout d’une réelle prise de conscience, elle incite ainsi à un véritable engagement pouvant être finalement bénéfique pour l’environnement ! Le militantisme et l’engagement social sont d’ailleurs les premières solutions contre l’éco-anxiété, car ils aident à déculpabiliser en nous faisant sentir responsable, voire fièr.e de nos engagements.

 

eco anxiete - blog - klow

Quelles sont les solutions face à ce phénomène ?

Verbaliser ses émotions 

Comme tout ressenti négatif, il est important de ne pas tout garder pour soi et il ne faut pas hésiter à parler de nos émotions. L’éco-anxiété est en fait une forme d’angoisse dont le traitement repose principalement sur la gestion de l’incertitude. Elle se gère ainsi de la même manière que l’anxiété classique : dans un premier temps, commencer par exprimer ses angoisses autour de nous pourra aider à se délivrer des émotions négatives. Ensuite, se confier à un professionnel de santé ou un psychologue peut également être une solution adaptée, pour ne pas tomber dans des idées trop noires ou des troubles de l’anxiété graves.

 

Se tourner vers l’écopsychologie

Exprimer ses émotions et angoisses envers un psychologue est une bonne solution pour apprendre à se libérer de l’éco-anxiété mais comme on vous l’expliquait plus haut, cette notion n’est pas encore connue de tous les professionnels de santé. En revanche, une discipline liant à la fois la psychologie et l’écologie existe depuis 1992 : il s’agit de l’écopsychologie. Ses origines sont lointaines mais c’est grâce à l’historien, sociologue et écrivain américain Théodore Roszak que le terme a été inventé à la fin du 20e siècle.

Les thérapeutes adeptes de l’écopsychologie seront ainsi les parfaits spécialistes pour répondre au problème d’éco-anxiété, puisque la relation entre les humains et la nature est au cœur de cette discipline.

 

Reprendre contact avec la nature

Connaissez-vous les bains de forêts ? Cette thérapie naturelle est apparemment un bon antidote contre le stress ! C’est bien connu, la nature est un excellent remède pour déstresser du quotidien. Elle peut ainsi être une solution idéale contre l’éco-anxiété : la nature aide à la fois à se libérer des ondes négatives mais il s’agit aussi d’un endroit où l’environnement a été préservé ! De quoi aider d’autant plus à gérer l’éco-anxiété.

Les bains de forêts – appelé aussi Shinrin Yoku – ont été inventés au Japon dès les années 1980 à l’image des « bains de mer ». L’idée est de se rendre dans une forêt ou un lieu peuplé de grands arbres, dans le but de s’y ressourcer et d’éveiller ses 5 sens. De réels bienfaits sur nos organismes ont ainsi pu être observés grâce à cette méthode.

 

eco anxiete - blog - klow


Être fièr.e de nos petits gestes quotidiens en faveur de l’environnement

Tous les écologistes vous le diront : chaque petit geste écolo compte. Notre poids en tant que consommateur peut avoir un réel impact sur l’écologie, même face aux plus grands. Après tout, plus on sera nombreux à s’engager vers cette voie, plus les grandes industries et multinationales devront s’adapter à ces nouveaux modes de vie. L’offre dépend de la demande, et nous pouvons faire en sorte que nos besoins et demandes soient tournés vers un meilleur soin de la planète et des Hommes.

Alors soyons fièr.e.s de chaque action que nous faisons au quotidien, que ce soit à la maison avec le simple tri des déchets par exemple jusqu’à l’engagement envers des associations environnementales ou encore l’activisme ! Ces gestes peuvent à la fois inspirer d’autres personnes, tout en nous aidant personnellement à déculpabiliser en agissant contre la cause de l’éco-anxiété. Les éco-anxieux peuvent en fait devenir de véritables éco-citoyens !

 

Alors adieu l’éco-anxiété et essayons ensemble de s’engager pour notre belle planète ! Découvrez maintenant nos petits conseils simples pour adopter un mode de vie plus respectueux de l’environnement.

 

Laissez un commentaire