MONTRER LA COLONNE

Les 9 pièges greenwashing qu’on a repéré :

1) A l’opposé de la slow fashion : les marques de fast-fashion éco-responsable… C’est en fait un bel oxymore !

La définition même de la fast-fashion va à l’encontre d’une mode lente, raisonnée (matières peu durables, prix bas et manque d’éthique sont plutôt le crédo). Les marques de fast-fashion produisent en moyenne 32 collections par an, pour nous pousser à surconsommer en utilisant des techniques comme le greenwashing ou encore au détriment de normes sociales

2) Des vêtements à moins de 20€ produits à l’autre bout du monde, sans labels justifiant que la production est éthique et que les matières sont écologiques.

Si vous tombez nez à nez avec ce genre de produits, fuyez, ça a tout l’air d’être du bon greenwashing ! À tous les coups, on parie que la production n’a rien d’éco-responsable et que les matières sont probablement plus toxiques qu’écologiques… Payer tous les acteurs de manière équitable et utiliser des matières durables, cela a un prix qu’on se le dise.

 

greenwashing - slow fashion - klow
Crédit photo : Pinterest - Ethical made easy 

3) Halte aux faux labels !

Et oui, si vous pensiez avoir tout vu accrochez-vous : nous avons repéré énormément de marques soi-disant adepte de la slow fashion qui utilisent des termes complètement inventés pour se dire « Green » et ainsi utiliser le greenwashing comme outil marketing. Les pépites repérées par notre équipe :

- « 100% Organic Washed Coton* » pour parler d’un coton soi-disant 100% bio, en vérité l’autre face du packaging affichait 60% coton – 30% polyester – 10% coton bio. Le coton était en réalité 100% lavée par une lessive bio… Hmm okay.

- Une grande marque de sneakers américaine a lancé sa « Nouvelle collection éco-responsable et naturelle en teinture 100% végétale. ». Après analyse, rien de vraiment éco-responsable, ni naturel… Ah si, la palette de couleur choisie faisait très « délavée nature », mais rien d’écologique.

- Le coton « BCI » (Better Cotton Initiative) apparement biologique est en vérité une énorme mascarade… C’est un terme totalement inventé. On vous laisse découvrir l’émission Cash Investigation de France 2 sur ce faux coton bio.

Certaines marques s’inventent en effet des certifications avec des appellations écologiques qu’elles ont en fait créé de toute pièce. Il faut donc bien vérifier la pertinence des labels qu’une marque renseigne sur ses étiquettes, grâce à leurs logos et leurs garanties éco-responsables. 

4) Les faux soldes et les fausses ventes privées !

Ici encore, le génie des arnaqueurs a fait surface, certaines marques utilisent ces opportunités pour produire une collection parallèle de vêtements de moins bonne qualité ! L’objectif : nous pousser à consommer plus de vêtements de mauvaise qualité, à bas prix que nous devrons renouveler très rapidement !

Dans la même idée des prix bas, une enseigne adepte des soldes toute l’année sera rarement éthique. Au contraire, se permettre de solder à bas coût c’est pouvoir se faire de la marge en cassant ses prix sur d’autres aspects et en l’occurrence, c’est souvent la main d’œuvre sur la chaine de production qui se retrouve grande perdante de ce système…

 

greenwashing - slow fashion - klow


 5) Utiliser soi-disant des matières éco-responsables mais oublier la transparence !

Si une marque se veut éco-responsable, elle doit être 100% transparente avec ses consommateurs et proposer une totale traçabilité de son vêtement. Si elle ne le fait, c’est qu’il y a anguille sous roche et qu’elle ment probablement…

Au contraire, une marque véritablement responsable offrira en toute logique une traçabilité complète du vêtement, jusqu’aux conditions de culture de sa matière première ! 

6) Une marque se dit green car « elle compense » son empreinte carbone en plantant des arbres.

Nous, on entend ça partout en ce moment... Mais non les gars, vous ne nous aurez pas comme ça… Justifier son approche environnementale en promettant de replanter des arbres à chacun de nos achats, cela ne justifie pas le fait de produire avec des matériaux hautement toxiques et d’oublier de payer convenablement vos salarié.e.s !  C’est une belle initiative de planter des arbres pour compenser son empreinte carbone on ne dira jamais le contraire, en revanche si une marque s’engage sur ce genre d’initiative, il faudra aussi prouver qu’elle réfléchisse à l’impact de sa production d’un point de vue environnemental et éthique. Sinon, nous on appelle ça du greenwashing. 

7) Le Made in France Washing !

Et oui, ça aussi ça existe… Attention à l’appellation Made in France : elle peut être apposée dès lors que seulement la dernière étape de transformation du produit (comme la pose de l’étiquette) a été réalisée en France.  De nombreuses marques en jouent pour justifier leurs prix élevés, mais sans soutenir la production locale et Française. Si vous choisissez des produits Made in France, nous vous conseillons de vous orienter vers des produits labélisés Origine France Garantie ou bien de vous assurer de l’origine et des conditions de fabrication du produit. 

greenwashing - slow fashion - klow


8) Quand une marque se dit engagée… mais qu’elle ne propose qu’une gamme de tee-shirt en coton bio parmi toute sa collection, son discours se veut plus proche du greenwashing qu’autre chose !

Certes, il s’agit d’un premier pas vers une mode responsable, mais cela ne justifie pas que les trois quarts de sa production restent polluants. Souvent ils vont en plus utiliser cette infime partie de la collection dans les campagnes marketing pour nous faire croire que le reste est aussi éco-responsable. 


9) Une dernière preuve de greenwashing : les marques qui parlent beaucoup, mais n’ont rien de concret à montrer.

Le green est à la mode, mais peu de marques sont capables de montrer une totale transparence et des labels fiables. 

 

Désormais, vous êtes paré.e.s pour combattre le greenwashing comme il se doit ! Pour s’assurer de soutenir des marques de slow fashion, éco-responsables et totalement transparentes, on vous conseille de faire un tour sur notre e-shop. Grâce à un audit strict et régulier, nous y avons répertorié plus d’une trentaine des meilleures marques de mode éthique.

 

 

 

Laissez un commentaire